» » » Accompagnement ISO 9001

Accompagnement ISO 9001

Posté dans : Méthodes | 3

Accompagnement ISO 9001 : pourquoi ce que nous proposons fonctionne mieux

Au fil des missions d’accompagnement ISO 9001 réalisées, au fil des années et des expériences de conseil dans des entreprises variées, nous avons pu tirer un certain nombre de leçons et être en mesure de définir dans un accompagnement ISO 9001 ce qui fonctionne bien dans la majorité des situations et les inconvénients d’autres démarches qui peuvent sembler séduisantes au premier abord.

Nous vous présenterons ici quelques éléments encore fréquemment proposés par nos confrères, la logique de ces propositions, en quoi cela pose problème dans le cadre d’un accompagnement ISO 9001 et enfin ce que nous proposons aujourd’hui à nos clients à la lumière de notre expérience et une fois adapté à leur contexte. Il ne s’agit pas ici de simplement critiquer puisque nous avons nous aussi été amené à proposer ce type de démarche dans le passé mais d’éclairer les raisons et la démarche qui nous ont amené à structurer différemment notre offre d’accompagnement ISO 9001.

Ce que vous propose un cabinet standard Pourquoi cela parait séduisant Pourquoi cela pose problème
Ce que propose Qualivia Management
Réaliser un diagnostic préalable par audit. Le consultant semble bien placé pour savoir faire un état des lieux et définir le plan d’action de votre projet. Pas d’appropriation du diagnostic par vos équipes. Pas de montée en compétence de vos équipes ni sur la norme ni sur la compréhension du projet. Seul le consultant aura une vue d’ensemble, vous ne pourrez pas challenger ses préconisations ni son apport. Vous donner dès le départ la capacité à maîtriser votre projet. Formation privée d’un groupe restreint et réalisation d’un « autodiagnostic » comme exercice de formation :

  • pédagogie par la pratique,
  • partage des constats dans vos équipes, prise de conscience,
  • vos équipes « challengent » le consultant,
  • vous créez un groupe capable de parler du projet, la transformation de votre organisation commence !
Des procédures déjà rédigées Cela pourrait permettre de gagner du temps, de ne pas « réinventer la roue ». Vous allez devoir vous adapter pour coller à ces procédures avant l’audit puis, à terme, refondre ces documents pour revenir à une organisation plus pragmatique, adaptée à vos outils et efficace. Ce type d’accompagnement ISO 9001 apportera une très faible appropriation des principes sous-jacents à ces documents. Ne décrire que ce qui est indispensable en fonction du risque. Utiliser la documentation existante que vos équipes connaissent (plaquette commerciale par exemple) et fournir des exemples de bonnes pratiques pour le cœur du Système de Management de la Qualité (SMQ). Vous adapterez avec notre aide et intégrerez les principes au passage. Voir aussi notre article relatif à cette forme d’accompagnement ISO 9001 et intitulé « Certification ISO 9001 clé en main »
Faire vos audits internes « C’est son métier, il a l’habitude et cela va moins perturber le planning de mes équipes. » Il connait moins bien que vos équipes ce qui pose problème ou fonctionne bien dans votre organisation. Vos équipes ne sont que peu concernées et impliquées. Vous ne serez pas autonome. Vous rendre autonome et veiller à l’efficacité de ces audits : former vos auditeurs internes (base ISO 19011) et les accompagner dans leurs premiers audits tout en assurant la qualité et le bon déroulement de ces audits.
Le consultant accompagnant fait un audit à blanc. « Cela va lui permettre de vérifier que tout ce qu’il a prévu est pris en compte. » Et s’il oublie quelque chose ? Et s’il avait été possible de faire plus simple et efficace ? Pas de regard extérieur sur son accompagnement. Nous vous proposerons de faire réaliser cet audit à blanc par un tiers, voire par le futur organisme certificateur. Ceci pour vous apporter un autre éclairage et valider l’accompagnement.

Formation accompagnement ISO 9001 Qualivia ManagementVous l’avez compris, notre démarche d’accompagnement ISO 9001 vise votre autonomie. Ceci peut sembler contre productif pour un cabinet de conseil mais ce n’est pas le cas car votre autonomie est le garant de la pérennité de votre démarche qualité et de votre satisfaction vis-à-vis de notre cabinet.
L’obtention d’une certification ISO 9001 n’est qu’une étape dans la vie de votre entreprise. Une étape importante soit, et qui peut être structurante sur la voie de l’amélioration continue, mais seulement une étape.
Et nous sommes en mesure de vous proposer bien plus que des audits !

Partager cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

3 réponses

  1. AYAT Mohamed
    |

    Je pense que vous décrivez les autres consultants d’une manière un peu caricaturale, et permettez moi de vous contredire.
    Etant moi même consultant, la démarche doit être logique et pragmatique. Le consultant doit se mettre dans la peau de son client et le diagnostic a double utilité: faire l’état des lieux de client et s’en approprier pour établir un système « sur mesure ».
    Pour ce qui est de la documentation, effectivement le consultant dispose de toute une série de documents, mais ne la donne pas en vrac à son client en le laissant se débrouiller avec mais fait en sorte que son client par des méthodes pédagogiques interactives s’en approprie et puisse les utiliser en toute autonomie (c’est ce qu’on appelle accompagnement).
    Les audits à blanc ne doivent pas être réalisés par le consultant (partie pris) mais peut réaliser un audit de simulation lors de la formation des auditeurs internes pour les initier aux méthodes d’audit.
    Cordialement

    • Laurent
      |

      Bonjour, j’ai l’impression que vous vous êtes senti visé par cet article, si j’en crois le jugement de caricature que vous portez, ce n’était pas le but et je suis sincèrement désolé que vous le compreniez ainsi. Mais permettez-moi de répondre puisque vous portez un jugement sur la forme de cet article. Soyez sûr qu’il s’agit, comme écrit dans l’article, non pas d’un jugement mais d’un constat bien réel de pratiques de certains consultants. Pas tous, heureusement, mais beaucoup trop à mon avis puisque nous sommes souvent confronté à ce type de prestation, encore aujourd’hui. Et ce type de prestation peut fonctionner mais, comme écrit dans l’article, nous semble moins efficace et pour le moins présenter un certain nombre d’inconvénients. Le but est donc de partager sur de bonnes pratiques et cette comparaison n’est qu’un point de départ. C’est d’ailleurs l’objet de cet article, de montrer ce qui peut paraitre satisfaisant au premier abord et qui s’avère peu efficace. Et c’est encore aujourd’hui demandé par certains clients auxquels nous devons expliquer pourquoi nous procédons différemment.
      Par ailleurs, je remarque que vous proposez également un diagnostic et je suis d’accord avec vous, s’il s’agit d’un audit, c’est bien au consultant que cela permet de comprendre les enjeux dans leur globalité, pas directement à l’équipe du client et c’est bien là le problème.
      Pour le reste, je ne vois pas de remise en cause sur le fond de l’article.

  2. PEREY
    |

    Etant moi-même consultant QSE je pense tout d’abord qu’il n’existe une façon de procéder dans un accompagnement mais plusieurs approche différentes.

    J’ai pour habitude de faire « du sur mesure » Il faut en effet s’imprégner au préalable du fonctionnement de la société concernée, du profil des collaborateurs, des évènements vécus, des difficultés rencontrées …

    La Qualité n’est qu’un outil pour, entre autre, améiorer la marge de l’entreprise et la rendre plus pérenne. Il faut cesser de vendre »de la Qualité » et commencer par vendre du bon sens, du pragmatisme, du rationnel et du … relationnel.

    C’est un préalable qui occupe beaucoup de temps dans mes missions mais à l’arrivée savoir qui fait l’audit interne ou qui écrit les procédures sont des questions qui ne se posent plus car c’est effectivement l’entreprise qui est en capacité de choix.