» » » ISO 9001 révision 2015

ISO 9001 révision 2015

Posté dans : Méthodes | 1

ISO 9001 révision 2015, mise en perspective

Pour bien comprendre ISO 9001 révision 2015 , il peut être intéressant de revenir sur le chemin parcouru lors des « épisodes » précédents. C’est ce que nous vous proposons ici de manière rapide et en se focalisant sur les révisions majeures de cette norme de management de la qualité.

ISO 9001 révision 2015ISO 9001:1987 : c’est l’apparition de la famille ISO 9000. ISO 9001:1987 liste alors des clauses prescriptives visant, entre autres, à structurer l’évaluation des fournisseurs. Dans la même veine et à la même époque, des entreprises du secteur automobile publient l’EAQF, outil d’Évaluation d’Aptitude sur la Qualité pour les Fournisseurs. De nombreuses entreprises manufacturières se lancent dans une certification, bien souvent on trouve dans les objectifs de ces démarches la volonté de limiter le nombre et la succession des audits de clients. Peu d’impact sur le monde des services, c’est surtout sur la base d’ISO 9001:2000 que ce dernier sera impliqué.

ISO 9001 révision 2000 : importante refonte de la série 9000 visant à simplifier leur application (entre autre au monde des services) et à les orienter sur le management par les processus. On peut considérer que c’est en quelque sorte une étape vers une gestion de la qualité totale en s’écartant de l’esprit assurance qualité des versions 1987 et 1994. Dans un sens, cette nouvelle version s’attache plus au fond (orientation client, approche système, amélioration continue) qu’à la forme. Ce fut une vraie révolution dans le petit monde de la certification ISO 9001. Je me souviens des craintes soulevées par cette approche : « s’il n’y a plus les procédures habituelles correspondants aux chapitres de la norme, comment allons-nous faire pour auditer ?». Ou encore « comment s’y retrouver avec un manuel qualité qui ne reprend pas la structure et les chapitres de la norme ? ». Nous avions intégré à notre modèle de manuel qualité une matrice de correspondance pour permettre aux auditeurs de certification de retrouver plus facilement leurs marques dans un plan qui visait à refléter l’organisation réelle des entreprises accompagnées. La priorité étant toujours que le manuel qualité « parle » en interne et aux clients de l’organisme.

ISO 9001 révision 2015 : l’objectif affiché par ISO est désormais de produire des standards reconnus pour ce qui est du management des entreprises en sortant de la spécificité qualité ou environnement par exemple pour offrir un cadre plus global et applicable. Cela se traduit par une modification des procédures internes de l’ISO pour, entre autres, imposer une structure commune aux normes de systèmes de management[1]. Cette nouvelle structure est déjà implémentée dans la nouvelle version de l’ISO 27001:2012 et va s’appliquer aux prochaines révisions des normes de système de management, y compris pour cette ISO 9001:2015. Et, comme évoqué dans un précédent billet[2], l’amélioration continue y occupe une place importante. Mais ce qui est encore plus prégnant dans cette ISO 9001 révision 2015 c’est la volonté de se rapprocher de la véritable finalité d’un système de management. En effet, à quoi sert de mettre en place une organisation, de décrire un « système de management », si ce n’est pour anticiper les problèmes, les difficultés que pourrait rencontrer l’organisme ? Pour anticiper, il convient de hiérarchiser et tous les processus n’ont pas le même impact sur la qualité rendue au client ou sur la qualité du fonctionnement interne. De même, tous les risques n’ont pas la même probabilité d’apparition. Qu’il s’agisse de risques internes ou de risques externes. D’où le renforcement dans cette nouvelle version de la prise en compte du contexte de l’entreprise et de la notion de management des risques. Par contexte, il faut entendre à la fois le contexte interne dans tous les domaines (valeurs, ressources humaines, matérielles, financières, etc.) et le contexte externe (environnement politique, légal, concurrence, clients, marchés, etc.). Par management des risques, il faut entendre la prise en compte de ce contexte dans une évaluation plus ou moins formelle mais néanmoins structurée[3] de l’évaluation des risques et des opportunités.


[2] Voir notre article précédent sur la nouvelle structure des normes de management « amélioration continue »

[3] Non, il n’est pas imposé ici d’appliquer à la lettre et complètement les recommandations d’ISO 31000, d’ailleurs c’est un guide.

Partager cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Une réponse

  1. MBEL KALDJOB Jean Denis
    |

    j’ai été édifié par les précisions ci-dessus